William Leclerc : l’entrepreneur-artisan « made in Québec »

William Leclerc est propriétaire d’Ebenor Percussion, une entreprise spécialisée dans la fabrication de batteries sur mesure, installée dans les environs de Lac Mégantic (Québec).

C’est en région que se passe son enfance. Au sein de la ferme familiale, il commence très jeune à cultiver ses deux grandes passions, le travail manuel et la musique. Il se lance rapidement dans des études en génie mécanique qui seront pour lui une véritable révélation ; Ses deux passions, quoi qu’assez éloignées à première vue, ne sont pas forcément incompatibles.

Je me suis rendu compte qu’il était possible de créer de toute pièce une batterie, je me suis dit que si j’avais une entreprise à créer, ce serait cela !

En activité depuis près de trois ans, William a décidé d’installer son atelier de fabrication en région, même si sa clientèle tend à devenir de plus en plus internationale. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, cette situation géographique représente l’un de ses principaux avantages concurrentiels.

C’est bien sûr en région que j’ai mes racines. Mais au-delà de ça, le savoir-faire artisanal et les ressources naturelles dont j’ai besoin pour créer mes instruments haut de gamme se trouvent ici.

Et ça marche. L’entreprise Ebenor est en plein expansion, portée par le dynamisme de son jeune fondateur. Il est accompagné par Quartier Artisan, l’accélérateur de projet artisanaux de Lac Mégantic, et tente de répondre à la demande grandissante de ses caisses claires « made in Québec ».

Le 27 avril dernier, en marge de La Grande Rencontre des Jeunes Entrepreneurs du Monde Francophone (organisé par la JCCM), William a accepté de répondre à quelques questions.

Renaud Margairaz : En tant que jeune entrepreneur en démarrage, quels sont les grands enjeux d’image et de branding personnel que tu rencontres au cours de ta croissance ? y-a-t-il des choses qui te font peur ?

William Leclerc : Il n’y a pas grand-chose qui me fait peur. Par contre, comme tout entrepreneur, j’ai des craintes. Par exemple, ce que les gens peuvent dire de moi. Pas parce que cela va me toucher personnellement, mais parce que je sais que cela peut avoir un impact sur la réussite de mon entreprise.

Je ne veux pas que mes clients aient à comprendre par eux-mêmes pourquoi je bâtis cette entreprise, ou pourquoi je ne fais pas autre chose. Je sais exactement où je vais, mais cela n’est pas toujours suffisant. Il est capital de pouvoir le communiquer efficacement à son entourage. Le message doit être clair pour pouvoir être bien compris.

Lorsque j’interagis avec un client sur Facebook, je n’ai que quelques secondes pour capter son attention. Si je ne mets pas en place les conditions nécessaires pour que cette personne comprenne clairement ce que je fais, pourquoi je le fais, et où je vais, il ne se sentira pas engagé et passera son chemin.

 

 

Renaud Margairaz : Dans le cadre de son programme, Quartier Artisan t’offre la possibilité d’être accompagné par un grand nombre d’experts. Quelles circonstances t’ont poussé à vouloir être accompagné par Éminence ?

William Leclerc : Dans mon domaine, la crédibilité est fondamentale. Cela fait maintenant trois ans que je mets beaucoup d’efforts à prendre de l’expansion hors du Québec. Je suis de plus en plus conscient que ma réputation auprès de ma clientèle cible est décisive pour réussir mon projet d’expansion.

Comme une majorité d’entrepreneurs en démarrage, je suis encore au stade d’homme-orchestre : je démarche des clients, je commande mes matériaux auprès de mes fournisseurs locaux, je fabrique les instruments, je les expédie, etc. En plus de tout cela, je dois gérer mes communications et mon image en tant qu’entrepreneur. Il s’agit d’une activité essentielle pour bâtir cette fameuse crédibilité, mais qui nécessite un regard extérieur pour être sûr de sonner juste et vrai. Cécile, la directrice de Quartier Artisan m’a alors dit « tu devrais rencontrer Éminence, ils vont t’aider à peaufiner ton image de marque personnelle et celle de ton entreprise ».

Renaud Margairaz : Quels sont les grands enseignements que tu as tiré de cet accompagnement ?

William Leclerc : Pendant longtemps, l’ensemble de mes efforts de communication ont concerné la promotion de mes instruments. Comme beaucoup d’artisans, je pensais que seuls mes produits et la qualité de leur fabrication allaient me permettre de me faire un nom dans l’industrie.

Ce dont je me suis rendu compte, c’est que la réputation de mon entreprise passe également par qui je suis, par ma marque. Ce qui a été un véritable déclencheur, c’est lorsque je me suis posé la question : pourquoi est-ce que je me lève le matin ? pourquoi est-ce que je fais ce que je fais ?

Ce fameux « Why » de Simon Sinek n’est pas simple à définir au début d’un projet entrepreneurial. Mais après 3 années d’activité, les réponses me sont apparues naturellement.

C’est ce recul sur moi-même qu’il me manquait pour pouvoir définir plus précisément comment j’allais pouvoir transmettre une émotion à mes clients.

Comme l’a dit David Côté, le cofondateur de Rise Kambucha,

les consommateurs sont en quête d’identité et s’associent aux produits qu’ils achètent, à leur valeur symbolique.

Je suis le fondateur de mon entreprise, son meilleur vendeur et donc son principal ambassadeur. J’ai donc la responsabilité d’incarner la raison d’être de mes produits, et de la transmettre à chacune de mes interactions.

 

 

Renaud Margairaz : Quels conseils donnerais-tu à un entrepreneur qui, comme toi, désire être le meilleur ambassadeur possible pour son entreprise ?

William Leclerc : Je lui dirais qu’il faut prendre le concept d’audience au sens large. Lorsque l’on communique sur les médias sociaux par exemple, il faut bien entendu s’adresser à sa clientèle cible, mais pas uniquement. Vos amis, les gens qui vous soutiennent, les acteurs clés de votre industrie, etc. : Engager ces gens-là sur la durée est capital pour bâtir une communauté solide qui fera vivre votre marque. Cela passe bien souvent par une mise en avant de ce qui vous singularise en tant qu’entrepreneur : votre parcours, votre point de vue, votre personnalité. Pour cela, il faut prendre du recul sur moi-même et utiliser des outils de travail concrets pour guider la réflexion. Se faire accompagner par un professionnel est une réelle valeur ajoutée.

Pour suivre William Leclerc : Profil LinkedIn | Profil Facebook
Pour suivre Ebenor Percussion : Site web | Page Facebook

Entrevue réalisée par Renaud Margairaz, fondateur d’Éminence, agence de conseil en marque personnelle basée à Montréal, le 27 avril 2017.

Laissez votre commentaire

Votre courriel est en sécurité avec nous.